Croix

Votre panier

Votre panier est vide

A l’origine de l’œil de ko est l’envie de partager les choses que l’on
aime. Tous ces objets que l’on croise, que l’on accumule parfois, que l’on rate
souvent. Imaginer une vie à ces objets avant ou après nous. Leur vie d’un
repaire à l’autre, d’un atelier à un appartement, d’une salle des ventes à une
maison. D’une main aimante à une main avide, quand ça n’est pas le contraire.
Passant parfois par le purgatoire du garage, du garde meuble, au grès des
désamours, des modes ou des successions.

A l’origine de l’œil de ko, il y a aussi une connivence et une convergence
de vision. Celles que Studio KO a partagé avec Nathalie Guihaumé quand elle
nous a convaincu de braquer le projecteur sur tous les artisans et savoir-faire
que nous étions amenés à rencontrer dans nos recherches.

Avec elle et sa sensibilité complémentaire à la nôtre, nous nous sommes
lancés dans cette nouvelle aventure qui vient ajouter une branche à notre
écosystème.

Ces centaines d’objets que notre métier nous amène à croiser, tous ici ont
au moins un point commun : nous les avons aimés, ils nous plaisent. Mais avec
le temps et peut-être une forme de maturité, est arrivée aussi l’envie de les
partager.

Il est un autre de leur point commun, c’est que le plus souvent ils sont le
résultat du travail de la main. La résultante d’un continuum unique et précieux
qui va de la pensée, la conception abstraite à sa réalisation physique. Ils
sont le fruit de ce mouvement harmonieux, parfois laborieux que demande toute
création. Ils sont donc comme nous fragiles et c’est sans doute là que réside
leur valeur éthique.